Quatrième enchaînement
(l'aliénation de la liberté)

Au terme de l'analyse des trois enchaînements précédents, nous pouvons considérer que les démons sont spécialisés par vices et qu'ils agissent chacun en leur temps. Au Livre VII des Collationes, Jean Cassien (moine et auteur ascétique chrétien, 350-432 ap. J.C.) explique que nous ne sommes jamais attaqués en même temps par des démons de spécialisations différentes. Il semble y avoir entre eux un ordre, une succession et une spécialisation dans leurs attaques. Si l'apprenti-spirite est un débutant ou, tout au contraire, un inconditionnel des tables tournantes, il y a fort à parier qu'il ne rencontrera pas les mêmes esprits. De plus, dans son renouvellement des expériences spirites, l'apprenti-spirite risque de rencontrer des esprits de plus en plus spécialisés dans leurs offensives contre sa personne. Ainsi, l'affectation des démons à des vices différents et leur inégalité dans la malice expliquent la grande diversité de types d'esprits rencontrés lors des séances.

Le plus souvent, les premières séances voient la venue d'esprits que l'on pourrait qualifier de "bouffons". Les apprenti-spirites parlent d'esprits "farceurs". Ils ont pour but de distraire (au sens fort du terme) les participants, en leur faisant oublier de quoi il retourne et en se moquant d'eux en manquant de respect aux morts qu'ils singent. Les apprenti-spirites rient avec eux; mais en se moquant des morts on se moque de soi même: car se moquer de l'homme revient à blesser sa propre dignité. Et c'est faire la part belle au diable qui ne cherche qu'à avilir l'homme. Ces esprits "bouffons" correspondraient aux plani décrits par Cassien, c'est à dire les "vagabonds", qui, "installés sur les chemins, mettent toute leur malice à harceler les passants de leurs moqueries". Après quoi, viennent les bacucei, ce qui se traduit par "bacuces": "ils se distinguent par leur vanité; ils jouent les grands personnages, se donnent des airs importants et cherchent à capter les hommages; ceux-là aiment le mensonge. D'autre aiment le blasphème: en particulier ceux qui inspirent les hérésies. Les Ecritures font mention de démons sourds et muets, de démons de jour, de démons de nuit, de démons de midi (démon de l'acédie selon Saint Jérôme), etc." (Tactique des démons chez Cassien, Dictionnaire de spiritualité, T.III, p. 209-210). On retrouve donc à travers le spiritisme tout le bestiaire des catalogues de démons déjà largement illustrés de leur temps par les Pères du désert.

Cependant, et pour débuter l'analyse du quatrième enchaînement sur l'aliénation de la liberté, notre propos va, en dernière phase de ce même enchaînement, et tout au long du déroulement des suivants, tourner autour des manifestations de celui que la tradition judéo-chrétienne nomme satan. Car, au niveau où nous en sommes rendus dans la pratique des expériences spirites, il serait tout à fait malhonnête de se cacher les yeux devant l'évidence du commerce que les apprenti-spirites peuvent entretenir avec la plus maléfique des puissances démoniaques: le diable en personne.

Ici, la peur entre en ligne de compte; elle est l'arme diabolique par excellence. Et avec la peur commence à disparaître peu à peu la liberté d'action et de pensée que l'homme a reçu de Dieu. Mais là encore, ayons en l'assurance avec Saint Paul: "Oui, j'en ai l'assurance, ni mort ni vie, ni anges ni principautés, ni présent ni avenir, ni puissances, ni hauteur ni profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté dans le Christ Jésus notre Seigneur" (Epître aux Romains, 8.38-39). La proximité entre Dieu et l'homme dans l'amour demeure plus forte que toute tentative du diable pour s'accaparer l'homme.

a- la pseudo-prédiction de l'avenir:

Pourquoi certains esprits cherchent-ils à prédire l'avenir? A cela nous pouvons apporter au moins deux réponses:

Premièrement: Qui prédit l'avenir, affirme son autorité sur la nature humaine qui se déploie dans le temps. Celui qui peut prédire l'avenir domine l'avenir: il est maître des temps. Comme on peut le lire dans la Bible en Isaïe 41.23: "Annoncez ce qui arrivera, et nous dirons que vous êtes des dieux". En tentant de prédire l'avenir, les démons s'appliquent à se faire passer pour des dieux, ce qu'il ne sont assurément pas. Ils prennent beaucoup de peines à faire croire qu'ils peuvent produire des choses merveilleuses alors que leur art se limite aux seules apparences trompeuses, aux faux-semblants.

Secondement: Du point de vue de l'homme, cette fois, la prédiction de l'avenir lui est hostile car elle lui enlève sa liberté (son autodétermination) face à son devenir. De part le don de la liberté que Dieu lui a fait, l'homme n'est soumis à aucune fatalité. Il est l'artisan de sa propre destinée sous le regard de son Créateur, qui respecte infiniment la liberté de l'homme tout en désirant son bonheur. La liberté de l'homme l'engage devant Dieu: "C'est Lui qui rendra à l'homme selon son œuvre" (Les Proverbes, 24.12). L'homme n'est redevable de sa liberté qu'à Dieu seul; aucune force, aucune puissance ne peut contrôler la liberté de l'homme si ce dernier reconnaît que sa liberté est établie en Dieu son Rocher, inébranlable et au-dessus de tout. Aussi, toute tentative d'aliénation de cette liberté par la croyance à la divination, à l'astrologie, au tarot, à la chiromancie et aux prédictions des esprits, trahit-elle en tout premier lieu un manque de confiance en Dieu, source de toute liberté. "Ne vous tourner pas vers les esprits et ne cherchez pas les devins, ils vous souilleraient. Je suis le Seigneur votre Dieu" (Lévitique, 19.31).

...

Page précédente Page suivante

- Achat en ligne du livre au format électronique:
http://www.hypallage.fr/dsaurel_hypallage.html