E

Echelle des duretés de Von der Gründen:

  1. Micarium
  2. Barkanium
  3. Bronzor
  4. Extradur
  5. Rinuleq
  6. Acier Ultra
  7. Kevlar noir
  8. Svenga +
  9. Vénilian
  10. Zaraï
  11. Ryonite
  12. Tellure
  13. Palladium
  14. Titane
  15. Iridium
  16. Rambium
  17. Fracxen
  18. Sydrane
  19. Trentium
  20. Transcolome
  1. Duralium recomposé

Ecumeur Spatio-Temporel: titre donné aux plus redoutables pirates.

2ES: Emetteur Endo-Synaptique.

Eons d'Expansion: période durant laquelle l'espèce humaine colonisa la Voie Lactée.

Esclavage: normalement, le "Décret d'Emancipation" de la Confédération Galactique Pan-Humaine met fin à toutes les pratiques esclavagites (indenture comprise). Cependant, avec l'isolement induit par les Portes Dimensionnelles, l'Orion Connexion a choisi de poursuivre sa propre politique en matière d'esclavage. Dans l'Empire d'Orion, les esclaves sont, à quelques exceptions près, des clones. En effet, les esclaves "naturels", c.à.d. non clonés, sont des criminels soumis à ce statut pour une durée plus ou moins longue, mais jamais pour la vie. Ils n'ont pas le droit durant cette période d'avoir de relations sexuelles. Les esclaves clonés, quant à eux, sont asexués et ne peuvent donc se reproduire ni transmettre leur statut. Les chaîne de Todeulvalenciamirteuz assurent la production des clones. Les membres de l'ILAT sont des clones spécifiques à l'emploi militaire. En plus de leur Identifiant sous la peau de la main droite, ils présentent sur le front la trace, sous la forme de trois petits losanges, du processus de Consécration qui les lie à la personne de l'Empereur de façon indéfectible. Les Tunocrates attaquent régulièrement les représentants de l'Orion Connexion au Sénat pan-Humain sur la question de l'esclavage. Les Sénateurs Orionais parent les attaquent en question en faisant remarquer que les esclaves sont des clones alors que le Décret d'Emancipation interdit seulement l'esclavage des humains; or, le Sénat Pan-Humain n'a toujours pas statué définitivement sur la nature des clones en tant qu'êtres humains à part entière. Cette reconnaissance se heurte principalement au fait de savoir s'ils ont une âme ou non. De plus, si l'on reconnaissait le statut d'humains aux clones, ces derniers pourraient lancer des procédures judiciaires pour réclamer réparation des injustices qu'ils ont subies dans les précédents éons. Souvent exposés à la place des humains dans les grands travaux de colonisation de l'espace, les hécatombes qu'ils ont connues seraient susceptible d'être définies comme une forme avérée de génocide, ce dont aucun pouvoir en place ne veut assumer la responsabilité ni endosser la culpabilité. De toutes manières, la fin de l'expansion spatiale imposée par les Tunocrates a mis largement un frein à la fabrication et à l'emploi de clones. Toutefois, quelques système, dont l'Orion Connexion, continuent leur production massive pour éviter un emploi trop intensif des formes robotiques sous agents d'intelligence artificielle, qui posent, quant à elles, des soucis métaphysico-techniques non moins problématiques avec le fameux syndrome du Térank.

Etat Bleu: organe de consultation des planètes affiliées à la Kyalkave astra-herdienne.

Evolutive Basic: langage informatique usuel, souple dans le concept et fourmillant dans ses applications possibles. Un langage évolutif et populaire.

Ex-Astreyor Glass Parbik: célébrissime retraité de l'ILAT ayant reçu la faveur de l'Empereur Ouranos Oltrek XII de quitter Verk pour visiter le vaste monde. Cette récompense exceptionnelle, Glass Parbik la doit à sa grandiose victoire sur la piraterie astra-herdienne au terme de l'harassante "Campagne des planétoïdes". Cet événement eut lieu à la fin du règne de Balrezor XII. L'Ex-Astreyor Glass Parbik fut modifié au Perffgen comme tous les futurs Verkiens mais reçu en plus par la suite un don en Sqess. Profitant de cette longévité inespérée, il sillonne l'Orion Connexion, où sa silhouette extravagante ne passe pas inaperçue. Loin d'être versé dans toutes les formes de la Démence cénesthésique, l'Ex-astreyor n'en arbore pas moins une seconde peau de polychlorure de vinyle rouge sigillé de même qu'un inquiétant masque à gaz au perffgen. Ses manières d'aristocrate déchu et son accoutrement oppressant firent sensation. Il est reconnu comme l'exportateur de la philosophie cénesthésique, et le dandysme qui s'en inspire porte le nom de Parbikisme.

Ez Almat: date rituelle, imposant, tous les 20 ans, une confrontation entre l'attachement au pouvoir impérial et sa remise en cause radicale, sous la forme d'une bataille rangée, dans le District Central de Balrezor City, opposant l'aristocratie nobiliaire et des esclaves et repris de justice.
Sur la Place des Prince Musiciens, se tiennent alors mille nobles, épée à la main, alors que des navettes pénitentiaires débarque des esclaves, au nombre de mille également, armés de lames shandrex. Les nobles gardent l'accès du Palais, où l'Empereur se tient seul sans protection de l'ILAT, alors qu'esclaves et bandits se ruent à son assaut pour en massacrer le maître des lieux.
La tradition estime que si la noblesse n'est pas capable d'arrêter en versant son sang les forces hostiles au pouvoir en place, ce dernier ne peut que disparaître. Physique et métaphysique, l'Ez Almat doit renforcer la symbolique du pouvoir ou précipiter sa chute. Une affaire de conviction hautement initiatique et fondamentale de la légitimité du pouvoir des Balrezor.
Pour l'Ez Almat, la ville de Balrezor City voit son District Central évacué de sa population et ses demeures et bâtiments condamnés. Les combats durent trois jours; au-delà de ce délai, l'ILAT réintervient pour récupérer les esclaves ayant échoué dans leur tentative de renverser le pouvoir. Autrement...